Les composantes du bien-être psychologique

Liens 330x220

La promotion de la santé mentale réfère aux mesures qui permettent de maximiser la santé mentale et le bien-être des individus et des collectivités. Elle cible l’ensemble de la population et centre son action sur les déterminants de la santé mentale qui contribuent à accroître le pouvoir d’agir et les capacités d’adaptation des communautés ainsi que celles des individus. La promotion de la santé mentale renvoie donc à la mise en place de conditions individuelles, sociales et environnementales qui soutiennent le développement d’une santé mentale optimale.1

Plus précisément, une santé mentale optimale, circonscrite dans un contexte universitaire, réfère à :
« La capacité d’un individu à satisfaire ses besoins psychologiques fondamentaux (affiliation, autonomie, compétence) dans une perspective de mieux-être et d’ajustement au travail et ce, grâce à des ressources personnelles (optimisme, résilience, proactivité) et organisationnelles (équilibre demandes / ressources, soutien social au travail, climat de travail, justice organisationnelle). »2

Les trois composantes du bien-être psychologique dans un milieu universitaire peuvent se résumer ainsi :

  • Autonomie : Se sentir libre de choisir et d’organiser soi-même ses activités et ses comportements. L’individu autonome désire agir selon ses valeurs et ses intérêts.
  • Compétence : Se sentir efficace et sentir que l’on maîtrise l’échange entre soi et son environnement. L’individu se sentira compétent lorsqu’il effectuera des activités dont les défis sont à la hauteur de ses habiletés.
  • Affiliation sociale : Se sentir près des gens, faire partie d’un groupe, prendre soin des autres, et que cette relation soit réciproque. L’individu vivant ce type de relations se sent davantage apprécié, reconnu et énergique.

Le bien-être dans le milieu universitaire, se sentir bien et à l’aise dans son milieu est démontré comme une composante importante de la réussite scolaire et professionnelle. Il apparaît ainsi primordial de s’impliquer dans la vie de son campus, parce qu’un campus vivant et dynamique, c’est l’affaire de tous !



[1] Nicole DESJARDINS et al., Avis scientifique sur les interventions efficaces en promotion de la santé mentale et en prévention des troubles mentaux, Institut national de la santé publique, 2008.

[2] Inspiré de la définition du bien-être psychologique au travail de Marie-Hélène GILBERT, « La santé psychologique au travail : conceptualisation, instrumentation et facteurs organisationnels de développement », thèse de doctorat en psychologie du travail et des organisations, Université de Montréal, juin 2009.

Imprimer